rédaction web
communication

A tous ceux qui confondent LinkedIn avec une liste de courses

LinkedIn : un fonctionnement implicite

Aujourd’hui mardi 26 mai 2020, je peux le dire : j’ai déjà lu un certain nombre d’articles pour comprendre comment trouver de nouveaux clients sur LinkedIn. Tous disent à peu près la même chose : il faut être capable de donner avant de recevoir.

Qu’est-ce que ça veut dire, « donner », sur un réseau social professionnel ? C’est vous qui voyez. Vous pouvez donner des conseils, donner du temps, donner votre avis, donner des pépètes. D’ailleurs, à ce propos, vous trouverez mon RIB en fin d’article.

Vous pouvez intégrer des groupes et discuter, effectuer des recherches par centres d’intérêt et partager votre expertise. Ou ce que vous qualifiez comme tel.

Si vous repérez un profil avec lequel vous souhaitez entrer en contact, « donner » signifie, a minima, envoyer un message lorsque vous demandez une connexion. Je vous le demande : à quel moment, dans la rue, vous allez vers un inconnu pour lui demander d’accepter votre carte de visite ? Et, tant qu’on y est, s’il n’a pas du travail en rabe à vous refiler ? Si vous ne le faîtes pas dans la rue, qu’est-ce qui justifie que vous le fassiez sur le net, alors même que nous n’avez encore jamais eu de contact avec moi ?

Je ne demande ni tapis rouge (quoi que, si vous avez un bel escalier en marbre, je peux éventuellement me déplacer…), ni carton d’invitation avec petites fleurs et petits rubans. « Bonjour » est un bon début, un prétexte de connexion peut faire l’illusion, quant à la conclusion un « A bientôt », un « Bien à vous » ou une formule qui vous est propre me fera très plaisir. Promis.

Je veux

« Donner », ce n’est finalement pas si compliqué lorsqu’on est un être humain. Ça signifie simplement de rester un être humain dans nos échanges avec d’autres êtres humains. A l’heure où nos cerveaux débordent de connexions bidons à tout va, où l’on collectionne les amis virtuels sur Facebook pour éviter de passer pour un blaireau et où la majeure partie des gens se servent les uns des autres pour parvenir à leur objectif, je veux de l’humain dans mes échanges.

Ce n’est même pas je « voudrais », non. Je « veux ».

Je ne suis ni une boîte de céréales bio, ni une crème pour les mains, je n’ai pas de case dans laquelle gribouiller un petit « check ». Je suis un être humain.

C’est pourquoi je refuse toutes les demandes de connexion qui ne sont pas personnalisées. Mon nom ne viendra pas s’ajouter à votre liste de courses s’il sert seulement à gonfler le nombre de vos contacts.

Honnêtement, vous et moi, on a autre chose à faire que faire semblant, non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *